Qu’arrive-t-il après la mort ?

Cesser de vivre, mais non d’exister

D’un point de vue biblique, il y a bien un « après ». Mourir c’est bien cesser de vivre, mais non cesser d’exister ; la réalité de l’homme n’est pas supprimée lorsqu’il meurt, mais changée. Ainsi, la mort n’est pas une extinction ; c’est une transition vers un monde différent d’existence.

Pour le croyant, elle perd son « aiguillon » : à cause de son espérance, le croyant n’est pas angoissé ou tétanisé par la peur de mourir. Job, par exemple, sait que celui qui le rachète est vivant et qu’il contemplera Dieu (Job 19.25-26) ; Paul, pour les mêmes raisons, signale que mourir représente un gain pour lui (Philippiens 1.21-23), et il demande à des croyants dans le deuil de ne pas se laisser aller à la tristesse comme ceux qui n’ont pas d’espérance (1 Thessaloniciens 4.13).

L’état intermédiaire ou séjour des morts

Dieu est souverain sur le séjour des morts (1 Samuel 2.6 ; Psaume 139.8 ; Osée 13.14). Le séjour des morts est le séjour de tous les morts : Job le juste y est attendu aussi bien que les méchants (Job 24.19 ; 17.13). Cependant, ils n’y subissent pas tous le même sort : c’est un lieu de servitude et de corruption pour certains (2 Samuel 22.6 ; Job 7.9 ; Psaumes 18.6 ; 23.4 ; 49.15-16 ; Esaïe 38.10 ; 1 Pierre 3.19), mais Samuel, par exemple, y est en paix (1 Samuel 28.15).

Le jugement dernier

Si la mort est suivie d’un jugement, c’est qu’il y a différence de destinée pour les êtres humains. D’après la Bible, toutes les œuvres humaines, bonnes ou mauvaises, apparentes ou cachées, seront soumises à évaluation divine après la mort (Ecclésiaste 12.14 ; 2 Timothée 1.12, 18 ; 2 Pierre 2.4, 9 ; 1 Jean 4.17 ; Jude 1.6). Paul parle à Félix du jugement à venir en rapport avec le comportement présent (Actes 24.25).

La différence entre les croyants et les autres viendra du fait que les péchés des croyants sont pardonnés parce qu’ils sont au bénéfice du sacrifice du Christ, mais que les péchés des non-croyants ne le sont pas. Une infinité de bonnes œuvres n’efface pas un seul péché. Seul le sang du Christ – c’est-à-dire sa mort en sacrifice – a ce pouvoir.

Texte tiré de Pour une foi réfléchie, Théologie pour tous, dir. Alain Nisus, La Maison de la Bible, p. 643-644, 653 et 657

Sur l’enfer, lire aussi: http://www.larebellution.com/2017/05/04/7-verites-de-lenfer/

Aimerais-tu connaître Dieu personnellement?

Si tu as des questions, tu peux nous contacter par email: question@la-Bible.info

 

Cet article est-il utile?

Articles similaires

Laissez un avis